Dogsenjoy : quelles sont les qualités d'un bon Jack Russel

Jack Russel : un des meilleures chiens de chasse

Le chasseur chevronné choisit facilement son compagnon. Fort de son expérience, il sait a priori quelle est la race qui lui convient le mieux. Cependant, si toutes possèdent d'excellents sujets elles ont aussi leurs « cabochards », et il arrive parfois que même le vieux fusil » se trompe et tire le mauvais numéro.

On imagine facilement l'embarras et les difficultés d'un profane lorsqu'il s'agit pour lui de choisir son premier chien.

Notre propos n'étant pas de faire un exposé de cynégétique 1, nous nous contenterons plus simplement de Vous donner quelques conseils d'ordre pratique vous facilitant ce choix.

Que demande-t-on à un bon chien ?

Tout d'abord, qu'il soit courant ou d'arrêt, sa première qualité est d'avoir une bonne constitution. Il ne doit être ni d'une taille exagérée, ni d'un format trop réduit. L'œil doit être vif et brillant, le poil lustré, les aplombs corrects.

Voilà en gros pour les qualités physiques. Encore est-il bon de préciser qu'en aucun cas, même chez les éleveurs les plus réputés, le pedigree -si remarquable soit-il -n'est une garantie d'efficience.

Les mensurations du crâne, la longueur des oreilles et la cou- leur de la robe ne sont pas tout. On voit encore trop souvent des chiens primés en exposition médiocres ou déficients sur le terrain de chasse. Vous risquez de payer fort cher les chiots de ces champions de beauté sans pour cela obtenir des résultats probants.

Comment procède-t-on au sein de notre élevage

Notre élevage ne sélectionne pas uniquement sur le type ou la beauté, mais aussi sur le travail. Dans chaque race de chien, il y a des sujets sensationnels mais il y a aussi ceux qui n'ont pas de nez, et là il n'y a rien à faire.

Voyons un peu les qualités morales, qui relèvent souvent du dressage. La qualité primordiale d'un bon chien de chasse, c'est l'obéissance et la docilité. Sans cela, rien de bon n'est possible. N'oubliez pas que son comportement dépendra du vôtre. Une certaine rigueur, qui n'exclut ni la tendresse ni l'affection, est donc nécessaire. Soyez juste, mais ne laissez rien passer, surtout sur le terrain. Punissez-le quand il le faut — c'est-à-dire immédiatement après la faute — récompensez-le au bon moment. Bannissez les sucreries, les coussins et les tapis moelleux. Si vous habitez la campagne, élevez-le au chenil. En un mot, traitez-le en « chasseur » et non en chien d'appartement si vous ne voulez pas vous exposer à de cruelles déceptions.

N'oubliez pas qu'en premier lieu le chasseur doit savoir à quel genre de chasse il destine son chien.

Car chaque race a une prédilection marquée pour un gibier déterminé ou pour une certaine façon de chasser que nous décrirons dans ce chapitre.